Et enfin, les réponses de Pascal Gagneux avant de partir pour la première étape de la coupe du monde de bloc en Suisse...

Carte d’identité

  • Nom/Prénom : Pascal Gagneux
  • Age : 31 ans
  • Taille : 1 m 79
  • Club : SMUS escalade
  • Poids : 64 Kg
  • Membre de l’équipe de France depuis : cette année
  • Discipline : Bloc

Salut Pascal, tu t’apprêtes à participer à la coupe du monde de bloc de Meiringen, en Suisse ce week-end. Comment te sens-tu avant ce gros évènement ?

Impatient d’en découdre. Motivé de pouvoir aller jouer avec les meilleurs, lors de voyage qui seront de toute façon riche en émotions et en plaisirs

 

Je t’ai souvent croisé à Block’Out 3 grimper ou faire de la musculation en mode très intensif. Peux-tu nous dire quelques mots sur ta préparation et sur les personnes qui t’accompagnent ?

Je m’entraîne tout seul, selon mes envies et en piochant des infos, exos à droite à gauche. Après je pouvais aussi venir sur les stages équipe de France en tant que  partenaire d’entrainement. Ce qui m'a permis de faire du plus spécifique  pour les compétitions. Ce qui est sûr c’est que j’aime forcer et varier les jeux. Donc faire de la musculation, par exemple, m’évite de grimper tous les jours pour «reposer» les doigts.

 

A quoi ressemble une journée d’entrainement pour toi ?

Ça dépend de si je bosse ou pas. Mais ça oscille entre une séance de 2/3h, ou 2 séances de 2h entrecoupé par le travail.

 

Tu étais super sec et léger aux championnats de France. La diète c’est important au quotidien ?

Comme dans tout sport c’est sûr qu’une alimentation équilibrée est importante au même titre qu’une bonne hygiène de vie.  J’ai donc progressé la dessus, notamment en réduisant les grignotages sucrés et le vin lors des repas/sorties.  Après évidement en grimpe le poids compte, mais je pense aussi que restreindre trop pour gagner quelques grammes sur la balance est plus préjudiciable  sur le niveau/l’influx qu’autre chose. Savoir se faire plaisir et décompresser permet de récupérer mentalement, et ça reste aussi important que savoir se reposer physiquement.

 

Quand j’ai visionné les images de la compétition, j’ai trouvé que mentalement, tu étais au-dessus de tout le monde ; que tu n’as rien lâché. Tu travail le mental ou est-ce l’expérience qui fait la différence ?

Sur la finale c’est sûr que j’ai réussit à grimper sans pression car j’avais atteint mon objectif de retourner en finale. À partir de là j’ai pris beaucoup de plaisir et dans ces cas là, on se sent pousser des ailes/des biceps.  Normalement c’est plutôt le contraire, j’ai plus tendance à craquer mentalement. Maintenant à moi de reproduire cet état d’esprit sur les prochaines compétitions.

 

Est-ce que ta récente victoire aux championnats de France ta apporté un soutien de la part de sponsors ?

Je suis actuellement en train de voir avec des marques donc réponse dans quelques temps…

 

Quelle sont tes projets sur rocher en France et à l’étranger ?

Alors sur Bleau, beaucoup connaisse ma bête noire que j’espère rapidement boucler dès que je retournerais dehors (Big Island). Après il me reste tellement à faire que je ne saurais pas choisir.  A l’étranger il me reste tout à faire.

 

Un petit mot pour la fin 

A bientôt au pied d’un bloc où à la muscu    ;-)

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS